« Qui est là ? » – Hamlet, 1re réplique

Un jour, Galilée nous a dit que l’univers ne tournait pas autour de notre Terre.

Un jour, Darwin nous a dit que nous n’étions pas une espèce différente des autres.

Un jour, Freud nous a dit que notre conscience était gouvernée par nos forces inconscientes.

Un jour, Margaret Thatcher nous a dit que la société n’existait pas, qu’il n’y avait que des individus.

Dernièrement, notre premier ministre Trudeau nous a dit que le Canada était le premier pays post-national, exit la notion de nation.

Ces jours-ci, on nous dit que l’intelligence artificielle fera bien mieux que nous.

Notre identité, notre spécificité, notre humanité semblent couler de nos mains comme du sable.

Homme, femme, Québécois, Canadien, occidental, chrétien, musulman, bouddhiste, agnostique ? Qui sommes-nous, finalement ?

Ne sommes-nous que ce fantôme que le soldat croit apercevoir sur la muraille du château d’Elseneur, dans Hamlet ?

 

« Qui est là ? »

 

C’est la question que posent les pièces de la saison, avec l’amour à la clef. Est-ce l’autre, notre amour, qui nous dira qui nous sommes ? D’ailleurs, qui aimons-nous ? Cet homme, cette femme ou cet être humain, au-delà du genre ? Notre langue, notre culture, notre croyance, nous définissent-elles ? Ou nous aliènent-elles ?

 

C’est la réflexion à laquelle je vous convie, en compagnie d’auteurs brillants, drôles, profonds, engagés dans l’aventure humaine comme le sont Joël Pommerat, Larry Tremblay, Jon Brittain, Pascale Renaud-Hébert — l’une de nos auteurs en résidence —, ainsi que Michel Marc Bouchard.

 

Bonne saison avec nous !

 

MICHEL NADEAU