Il arrive toujours un moment dans la vie d’une personne – d’un groupe, d’une société, d’une civilisation – où l’on se retrouve à la croisée des chemins. Où un événement, extérieur à nous, nous oblige à entrer à l’intérieur de nous.
Pour faire un arrêt. Une pause. Prendre un temps. Faire un pas de côté. Afin d’évaluer qui nous sommes.

Ce que nous avons été.

Où nous voulons aller.

Parce que ça ne peut plus continuer comme ça. Qu’on n’en peut plus.
Ou parce qu’il faut prendre une autre direction. Absolument. Parce qu’il en va de notre vie. Ou notre survie.
Nous sommes, je crois, à ce point de bascule. Ce temps très court entre l’avant et l’après.

À tous les points de vue.

Que ce soit dans notre rapport à la Nature, au travail, au vivre ensemble, à la démocratie, à l’Autre (l’autre culture, l’autre sexe, l’autre point de vue, l’autre… l’autre…)
Ou dans notre rapport à nous-mêmes : ce que nous croyons, ce que nous défendons, ce que nous voulons.
Présentement, nous trépignons de reprendre notre vie. Nous sommes tous sur les blocs de départ, prêts à recommencer à vivre, oui. Mais comment ?

Comme avant ? Autrement ?

Nous sommes tous là, dans l’attente, à y réfléchir, car tant de choses ont changé.

Et devant nous : le vertige.
Cette saison, grâce aux mots vibrants de Véronique Côté, Émile Proulx-Cloutier, Rébecca Deraspe, Louis Bélanger, David Laurin, Isabelle Hubert, Marie-Josée Bastien, nous vous présentons des histoires avec des personnages qui sont comme nous tous : devant un vertige. Celui de se redéfinir, de juger ses comportements, de revoir ses valeurs profondes, de se reconstruire.
Des pièces qui nous inviteront à réfléchir sur les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, sur nos réactions face à la catastrophe, sur nos valeurs, sur notre société qui change. Des histoires qui nous parlent de ce qui est arrivé hier afin d’essayer de vivre mieux aujourd’hui.
Et une saison remplie de créations québécoises !
Et d’artistes qui n’auront qu’un seul désir, tout comme nous, soit celui de vous toucher au cœur.

Bonne saison.
Michel Nadeau,

directeur artistique et co-directeur général de La Bordée